Lu 4 444 fois
Mar 242015
 

2015-03-04_12-10-36Notre première collaboration avec le fabricant Huawei, que je remercie ici pour son excellente communication, se porte sur un modèle de , si on peut encore appeler un tel appareil ainsi, avec un écran de 6 pouces. Si aujourd’hui une telle taille d’affichage n’est pas rare, elle l’est plus dans le monde des tablettes simples que d’appareils avec lesquels on peut également téléphoner. C’est donc le cas avec le Huawei Ascend Mate 7.

2015-03-23_11-19-00

Première surprise, et surtout en raison de son écran très près du bord du boîtier, cet appareil se tient très bien en main. Du coup, il ne se démarque pas trop de smartphones avec écrans de 4,7 ou de 5 pouces. Cette première surprise passée, c’est justement l’écran qui « illumine », si je peux dire, avec une finesse et une clarté que j’ai rarement vu jusque là. Et personnellement, je suis très tatillon sur les qualités des écrans (d’ailleurs, faudra qu’on m’explique pourquoi les GPS autonomes sont encore avec des résolutions pourries de 480×272 pixels pour des écrans de 5 pouces ? Si vous avez la réponse, s’il vous plaît, dites la moi!). Ici, c’est une dalle Full HD de 1920×1080 pixels IPS qui va donner pas moins de 367 ppp (pour comparaison, un iPhone 6 est à 326 ppp et l’iPhone 6Plus à 401 ppp). Sur le , les couleurs sont éclatantes et les noirs assez profonds, c’est donc un véritable plaisir de l’utiliser.

2015-03-23_11-20-07

Ici, la coque est en métal, ce qui est un autre bon point. C’est un matériau qui est plaisant à tenir et « fait » solide. La face avant est quant à elle entièrement recouverte de verre traité « Gorilla » Class 3. Le tout pour une épaisseur de seulement 7,9mm, ce qui est dans la norme. Voici une comparaison avec un iPhone 6Plus :
2015-03-23_11-34-43

Si le système est Android (4.4 pour la version testée, pas d’infos pour un passage en 5 pour le moment), il y a une surcouche maison appelée EMUI (pour EMotion User Interface), ici en version 3. Les différences sont là, sans être non plus dérangeantes. Les utilisateurs directs d’Android ne devraient pas être gênés. Quant à ceux qui ont utilisé ou qui utilisent iOS, ils pourraient y trouver également quelques gestes connus.

Pour faire fonctionner l’appareil, Huawei a installé un processeur à 8 coeurs : 4 Cortex A7 à 1,3 GHz et 4 Cortex A15 à 1,8 GHz, le tout épaulé par 2Go de RAM. Il existe un « 9e coeur« , en fait un processeur dédié uniquement à la partie sonore cadencé à 203 Mhz. Autant dire que là encore, le Mate 7 n’a rien à envier à ses concurrents, certains n’étant même pas aussi puissants. Pour soutenir tout cela, une batterie, non amovible, de 4100 mAh permet une très bonne autonomie, là encore dans la moyenne, considérant la taille de l’écran et les taches à faire. En usage assez intensif, le Mate 7 tient très bien toute la journée, et même un peu plus.

Côté appareil photo, on trouve un capteur 13Mp AF à l’arrière et de 5MP à l’avant. La qualité des photos est très bonne, à condition d’avoir assez de lumière. Car malgré une ouverture à f/2.0, le capteur reste exigeant. Dans le cas de faible luminosité ou de contrastes importants, le mode HDR, performant, viendra sauver le cliché. Un flash est bien entendu aussi disponible. Un mode panorama est aussi disponible. En fait, toute l’application « photo » est très bien dotée, et les différentes options, parfois rares ailleurs, raviront les amateurs.

Focus modifiable après la prise de vue :
2015-03-23_12-04-102015-03-23_12-04-46La fonction de « focus modifiable » est intéressante. Jusque là, je ne l’avais vue que sur les appareils Lytro. Bon, mon exemple ci-dessus n’est pas flagrant, mais le système fonctionne assez bien (il s’agit bien d’une seule prise). Il faut le choisir la fonction dans les options avant de prendre le cliché. Ensuite, une fois la photo prise, dans la galerie du Mate 7, on affiche la photo. Une icône spéciale est présente. Il suffit alors de toucher une partie de l’image et la netteté se fait sur cette partie. Si on veut garder la photo ainsi, il faut la sauvegarder. Cette option de changer de focus ne se fait donc qu’avec le Mate 7. Si vous transférez la photo prise avec l’option sur un autre support, on perd l’option.

Si vous utilisez votre smartphone pour aussi écouter de la musique, sachez que là encore le Mate 7 se distingue, surtout donc par son processeur dédié au son, et son filtre Dolby. Mais il faudra utiliser un casque pour profiter de cet excellent son, avec une belle stéréophonie sans distorsions. En effet, le haut parleur seul ne donnera pas grande satisfaction, si ce n’est pour les appels mains libres par exemple.

Lecteur d’empreintes capricieux : petit problème technique avec le modèle testé ou généralité, le lecteur d’empreintes situé au dos du Mate 7 a, dans mon cas, été très capricieux. Habitué, par exemple, à celui du iPhone 6, celui de la phablette Huawei n’a pas été pour moi très réactif (la détection avait déjà été un peu chaotique pour le paramétrage initial). Donc, après plusieurs essais où le taux de réussite a été plutôt bas, j’ai mis cette option de côté. En faisant quelques recherches sur le net, d’autres utilisateurs en sont contents, donc dans le doute, je me contenterais de dire qu’il y a bien un lecteur d’empreintes au dos et qui peut servir pour, par exemple, déverrouiller le smartphone, entres autres.

Dans la série « on ne peut pas plaire à tout le monde« , un détail m’a un peu irrité : la position du bouton « marche – arrêt », situé en plein milieu du côté droit, sous les boutons de volume (voir photo). La plupart du temps, quand je prenais le Mate 7 en main, ce bouton était sous mon index et j’éteignais l’appareil. J’imagine qu’avec le temps, ce défaut se corrige, mais en attendant, cela m’a un peu agacé. Une position plus excentrée, plus haute par exemple, aurait été plus adaptée peut-être.

2015-03-23_11-34-00

Je ne vais pas m’attarder sur des fonctions devenues aujourd’hui très courantes sur ce type de produit, comme les différents capteurs de luminosité, de proximité, l’accéléromètre, le GPS, la réception 4G+, Bluetooth, WiFi et NFC, etc. Le Mate 7 est disponible en version 16Go (mais seulement 12 Go disponibles) et 32 Go, avec slot pour carte mémoire MicroSD. Autant dire que la partie paramètres est très complète, et notre petite période de n’a pas vraiment permis de tout passer en revue!
Nota : la version 32Go bénéficie de 3 Go de RAM, d’un accès Double SIM avec NanoSIM.

Conclusion : En résumé, cette phablette Huawei Mate 7 est réellement une excellente surprise. Son écran est tout bonnement superbe, grand et très précis et ses performances à la hauteur de ses concurrents plus médiatisés. Sa construction, tout en métal, fera aussi une belle différence. On appréciera également tous les accessoires disponibles, du GPS à la boussole, en passant par les capteurs habituels et le gyroscope. J’ai aussi beaucoup aimé la fonction photo « all focus « , qui pourra à l’occasion sauver certains clichés.
Bref, voilà donc un produit qui permettra à son possesseur de profiter de nombreuses avancées technologiques dans le domaine à un prix très raisonnable, sans craindre de se confronter à d’autres produits semblables, mais certainement bien plus chers et pas forcément mieux équipés.
Si j’avais à me décider aujourd’hui sur un achat, ce Mate 7 de Huawei serait certainement en tête de décision.