Lu 1 909 fois
Juin 102014
 

24-05-2014 10-25-1124-05-2014 10-25-50Nouveau test d’un traqueur d’activité sur notre blog et non des moindres : le de Jawbone. Certes, le produit est un peu le précurseur de la série, du moins c’était le cas de son prédécesseur, le UP, un des premiers bracelets connectés au design désormais bien connu. Visuellement, le UP24 se distingue du UP avec des « vagues » dessinées, alors que le UP possède des plis en « zig zag ou accordéon ».

24-05-2014 10-24-03

Nous avons donc mis en test ce traqueur d’une part pour l’évaluer lui, et également pour le comparer aux autres traqueurs que nous testons ou avons testés ces dernières semaines. Voici donc notre test :

A l’instar du Shine de Misfit (et encore, ce dernier a quand même 12 Leds), le UP24 ne possède pas d’écran de visualisation. Pour connaître ses résultats, il faut absolument avoir son smartphone à portée de main.

Premier petit bug : et malgré les informations disponibles sur la page d’aide en ligne, le UP24 ne s’est pas « réveillé » tout seul après les deux premières nuits. Il doit détecter les mouvements du corps après le lever, mais mon UP24 était encore en mode sommeil 30 min après mon lever, malgré de nombreux pas et surtout plusieurs montées et descentes d’escalier. Il a donc fallu le réveiller chaque matin. Du coup, je ne sais pas exactement si la fonction de réveil automatique est réellement active.

 

24-05-2014 10-26-40Attention à choisir la bonne taille pour le poignet (S, M ou L). Si vous êtes en magasin, il suffira de passer le poignet dans le trou de la feuille avant libre sur l’emballage qui comporte l’onglet de la taille à droite. On devine ce « trou » sur la photo car il se dessine sur le UP. Une fente verticale (que l’on voit au bas du trou) ouvre le trou pour passer le poignet et vérifier la taille. Ingénieux!

 

24-05-2014 10-28-08

 

 

24-05-2014 10-28-52Le contenu complet de l’emballage : le UP24, un minuscule fil USB pour la recharge et un minuscule manuel sans français.

 

24-05-2014 10-29-34Les deux icônes lumineuses à l’extrémité du UP24

Attention : si vous laissez l’ « ouverte » en tache de fond, la connexion Bluetooth reste active en permanence. Outre le fait que cela va consommer de l’énergie autant pour le UP que pour le smartphone, cela bloquera également toute autre tentative de connexion Bluetooth avec un autre appareil, tel qu’un haut-parleur, par exemple. Si ce n’est pas important pour vous, pensez à bien fermer complètement l’ une fois utilisée.

 

photo1optL’écran de l’application pour les données de jour : coloré et détaillé.

 

 

photo2optL’écran de l’application pour les données de nuit : également très complet et coloré. A noter (idem pour le jour), l’indication de lever et de coucher de soleil dans la courbe en haut.

L’application associée au traqueur, disponible sous (mais non optimisée iPad) et Android, sera la plupart du temps le rendez-vous de contrôle principal. Outre la possibilité bien entendu d’y voir les données recueillies, on pourra y paramétrer plusieurs options. Parmi elles, la possibilité de se faire réveiller au bon moment via le vibreur intégré (qui n’a pas vraiment fonctionné pour moi, je n’ai pas senti les vibrations). Egalement une alarme intelligente « sieste » et la gestion de son alimentation, avec possibilité de scanner les codes barres.
Les affichages des données sont relativement fournis et surtout bien présentés, avec des conseils et des infos pertinentes.
Jawbone ne propose pas malheureusement de page de compte en ligne, où il serait possible de voir plus d’infos et de courbes de ses activités.

Lors de notre test, sur deux semaines, pas de problèmes particuliers de fonctionnement à signaler. Les résultats ont été assez proches d’autres traqueurs actuellement disponibles, tels que le Pulse de Withings ou le AM3 de iHealth. Les vibrations sont selon nous un peu trop faibles et peuvent être « zappées ».

 

CONCLUSION : le précurseur des traqueurs d’activité garde toujours ses avantages, mais il faut bien avouer que son ergonomie a peu évolué depuis deux ans, du coup les concurrents ont pu prendre un avantage, notamment sur l’intégration d’un écran de visualisation. Toutefois, le design vraiment unique du UP lui donne une allure différente et permet de le porter facilement toute la journée et surtout la nuit.
Je regrette par contre la prise de recharge propriétaire, surtout à une époque où on cherche à uniformiser justement ce problème de prises multiples. Et surtout un embout qui tient en place, certes, mais que l’on pourrait facilement perdre.
Enfin, il faudra se contenter de l’application iOS ou Android, et limitée à l’écran du Smartphone : pas de version grand écran.

Les points positifs :

  • design réussi, solide, pratique et discret
  • la connexion Bluetooth 4.0 pour le transfert
  • application très visuelle et compréhensible, avec de nombreuses options de contrôle
  • vibration de réveil discrète et efficace (avec meilleur moment selon sommeil)
  • bracelet simple avec un seul bouton (mais c’est aussi un point négatif, c’est selon!)

Les points négatifs :

  • installation complète et appairage (capricieux) un peu fastidieux
  • pas d’écran de visualisation directe
  • prise de recharge « très » propriétaire (pas intérêt de perdre le fil)
  • connexion Bluetooth permanente quand smartphone à proximité (si application ouverte et en tache de fond)
  • embout (cache) de la prise de recharge peut facilement s’égarer
  • pas de page dédiée au compte disponible sur le web
  • manipulations du boutons pour diverses fonctions trop complexe