Lu 1 824 fois
Juin 272014
 

22-05-2014 12-25-47Quand dans la première partie de cette série d’article je vous parlais de maladie sournoise, en voici un exemple flagrant : il y aurait actuellement en France seulement plus de 600 000 personnes qui seraient diabétiques sans le savoir (ou sans vouloir se faire dépister ou soigner) sur environ cinq millions de malades déclarés. C’est énorme! C’est trop! Les raisons et les conséquences sont nombreuses. Les raisons tout d’abord : notre mode de vie qui change, de plus en plus de professions ne permettent pas d’avoir une grande activité dans la journée, notre alimentation est de plus en plus industrielle, plats préparés, trop de conservateurs dans les ingrédients, pas assez d’aliments de base (fruits et légumes) consommés de façon « normale » (un jus de fruit même pur ne remplace pas le fruit lui-même, tous les légumes ne se cuisent pas de la même façon pour garder leurs valeurs nutritives, etc.). Bref, la vie quotidienne évolue, souvent parce que « c’est comme ça » et que c’est aussi parfois difficile de bien gérer la normalité de chaque jour.

Du coup, ils sont nombreux les malades qui s’ignorent. Trop nombreux, car selon une étude récente de l’AFD (Association Française des Diabétiques) de 2013, plus de 600 000 Français seraient donc diabétiques sans le savoir. Le plus souvent, ce sont des personnes qui sont en général en bonne santé (ou pensent l’être), et qui ne sont pas des habitués des cabinets médicaux, le plus souvent considérant que leur petit bobo ne mérite pas une visite chez le médecin. Il est vrai que le diabète n’a rien à voir avec une plaie ouverte ou une attaque cardiaque. Et aucune douleur physique n’est associée. Les symptômes peuvent être assimilés à plusieurs autres pathologies : envie d’uriner plus fréquente, soif, fatigue au point de vouloir faire une sieste, vision qui se trouble plus qu’à l’accoutumée, petite plaie qui met plus de temps à cicatriser et à se résorber. Ces symptômes, en général, on les a tous eu un jour ou l’autre.

Donc on se décide enfin à se faire dépister pour commencer. Une simple prise de sang suffit. Deux contrôles sont possibles : le taux de glycémie au moment de la prise de sang, indicatif, mais pas complet, ou le taux d’hémoglobine glyquée (ou HbA1c), qui a quant à lui l’avantage de donner un résultat plus précis, car il permet un contrôle du sucre dans le sang sur une période d’environ trois mois, ce qui est plus « parlant ».

27-06-2014 11-39-20

Pour terminer cette partie documentation, sachez quand même que si le diabète n’est pas connu et pas contrôlé, les personnes atteintes qui s’ignorent peuvent développer des problèmes sérieux qui peuvent aller jusqu’à l’amputation d’un membre, par exemple. Considérant que le dépistage reste quand même très facile, il serait vraiment dommage de ne pas se contrôler avant qu’il ne soit trop tard.

Vos résultats sont là et effectivement, vous avez une tendance diabétique. Sachez tout d’abord qu’il existe deux types de diabète : le plus « méchant », le Type I, et le plus courant, le Type II. Nous n’allons pas faire ici un cours sur cette maladie, et je vous propose de vous reporter à différents sites très bien documentés : http://www.ameli-sophia.fr/diabete/alaune-diabete.html, contrelediabete.fr, entres autres.

Maintenant, il va falloir adopter un style de vie un peu différent : mieux manger, faire un peu plus d’exercice (plus de marche, de mouvements, moins de position assise), surveiller son poids, sa tension artérielle et bien entendu, son taux de glycémie. SURTOUT documentez-vous sérieusement et ne croyez pas toutes les idées que vous entendez ça et là.

27-06-2014 11-28-05

C’est justement cette succession de contrôles quotidiens, que certains peuvent voir comme une contrainte, qui fait que beaucoup de personnes diabétiques se négligent dans leur surveillance. Malheureusement, pour le moment, il n’y a pas vraiment d’alternative. La seule qui peut éventuellement s’appliquer serait que ces contrôles soient plus faciles, plus pratiques et plus… modernes! C’est donc ce que nous allons détailler ici et dans les autres parties à venir de ce dossier.

Il existe aujourd’hui des produits de mesures liées à la santé « connectés ». Ce sont des balances, des tensiomètres, des glucomètres et les petits derniers, les traqueurs d’activité. S’ils ne remplacent pas les contrôles, ils permettent surtout d’être moins en permanence sur un carnet à noter ses résultats :

  • marchez, et le traqueur enregistrera toutes vos données de la journée et même de la nuit
  • prenez votre tension et vos résultats sont gardés en mémoire et seront transférez sur votre compte
  • pesez-vous et toutes les données (poids, IMC, masse graisseuse (selon les balances) sont synchronisées dans l’application
  • faîtes votre contrôle de glycémie et les valeurs sont en mémoire ou directement transférées.

N’est-ce pas plus simple ?

Dans les semaines passées, nous avons souvent parlé de l’un ou de l’autre de ces produits. Aujourd’hui (et dans les prochaines parties), nous allons les associer par fabricant, afin de voir leur complémentarité.

Sachez que pour le moment, et selon nos recherches, il n’y a que trois marques qui permettent d’avoir un assez complet en restant dans la même gamme :

  • iHealth : balance connectée, tensiomètre sans fil connecté, glucomètre sans fil connecté, oxymètre et traqueur
  • Withings : balance connectée avec nombreuses mesures corporelles, tensiomètre sans fil et traqueur avec fréquence cardiaque et oxymètre
  • 05-05-14 12-44-54
  • Medisana : balance connectée, tensiomètre sans fil connecté, glucomètre (divers modèles) et traqueur sans fil
  • 16-04-14 10-16-34

Dans les prochaines parties, nous allons détailler chaque ensemble de produits et vous montrer qu’il est possible de se surveiller plus facilement et surtout d’avoir rapidement, en un coup d’oeil, son suivi.