Lu 2 025 fois
Août 272012
 

Abonné de la toute première heure à Canal Plus, je me rappelle de ces moments vraiment privilégiés où l’abonné était vraiment une personne à part : offres très ciblés, appels téléphoniques personnalisés, service hors pair, etc. Mais les temps ont bien changé ! Pourtant, encore récemment, les abonnés de longue date bénéficiaient de tarifs adaptés, une forme de remerciement de leur fidélité. Et dans un sens, c’est tout ce qu’on attend de la part d’une société à qui on confie, année après année, son dévolu. Sauf que voilà : les tarifs « spécial abonnés » ont disparu. Pis, ce sont maintenant les nouveaux abonnés qui bénéficient d’offres plus qu’alléchantes, les anciens payant le prix plein pot. Où est la logique commerciale ? Sont alors apparues les « offres privilèges« . Selon les périodes, les abonnés et Canal+ pouvaient bénéficier de cadeaux allant de livres ou DVD gratuits à des remises substantielles sur des places de spectacles ou de concerts, sans oublier des entrées à des avant-premières ou des émissions. OK, mais le problème est que toutes ces offres étaient très limitées en quantité, au vu du nombre d’abonnés. Sans parler des lieux retenus pour les évènements, tous ou presque dans des grandes villes, quand ce n’était pas seulement à Paris.

Alors le Groupe Canal, dans sa grande bonté, crée le CLUB CANAL. Quoi de neuf ? RIEN… Ce sont plus ou moins les mêmes offres, en aussi petites quantités (24 invitations pour visiter un studio d’animation, 75 invitations VIP pour Lady Gaga, etc.) et surtout plus de la moitié des offres (pour le mois de septembre) concernent uniquement des évènements à Paris. Les rabais sur les places de cinéma sont limités à certaines salles en France et à deux soirs par semaine. Et j’en passe. Sans oublier que ce sont pour la plupart des formes de tirages au sort, et que donc en s’inscrivant, c’est un peu comme si on participait à un . En résumé, le d’être abonné, c’est de pouvoir participer à un déguisé en privilège.

Bref, si je peux dire, l’initiative est certes louable, mais peut-être mal ciblée. Dans cette façon de récompenser, l’abonné fidèle depuis 20 ans, qui n’a pas forcément le déclic technologique, Internet et high tech, verra passer sous son nez des offres que d’autres, abonnés souvent infidèles qui passent d’un fournisseur à un autre, profiteront. Est-ce bien ce que l’on veut ? Décidément, tout fout le camp…